×

La maison intelligente : sommes-nous prêts à emménager ?

white and gray Google home on brown table

La maison intelligente : sommes-nous prêts à emménager ?

Les promesses de la domotique

Les maisons intelligentes regorgent de promesses, mais leur avenir est-il aussi radieux qu’il n’y paraît ? Grâce à la domotique, on nous vend le rêve d’un habitat sur-mesure, anticipant nos moindres désirs pour offrir un confort absolu.

Un chez-soi 2.0

Imaginez rentrer chez vous, accueilli par votre parfum de lavande préféré. Les lumières du salon s’allument à la bonne intensité, dans la couleur que vous aimez. Les gamelles du chien et du chat ont été automatiquement remplies. Dans la cuisine, le dîner a commencé à mijoter 30 minutes avant votre arrivée et n’attend plus que vous. Plus besoin de lever le petit doigt !

C’est la promesse de la maison intelligente, conçue pour répondre à tous vos besoins individuels et vous offrir l’expérience de vie la plus confortable possible. Mais elle ne fait pas que cela. Des systèmes de sécurité automatisés protègent également la maison contre les intrus et autres accidents domestiques.

Une technologie omniprésente

Tous ces avantages sont possibles grâce à un réseau d’objets connectés, qui constituent les fondations technologiques de la maison intelligente. L’ergonomie du bâti et la domotique se combinent pour produire des fonctionnalités à la hauteur de vos attentes. Éclairage programmable, dispositifs de sécurité de pointe, régulation automatique de la température, électroménager intelligent, systèmes de communication intégrés… Les exemples ne manquent pas !

Très impressionnant, en effet. Pourtant, des questions essentielles demeurent avant de se sentir pleinement à l’aise avec ces innovations.

Les défis de la maison connectée

L’arrivée de chaque nouvelle technologie qui impacte notre quotidien nécessite de s’interroger sur ses implications concrètes. Voici quelques-uns des défis les plus pressants posés par l’avènement des habitats high-tech.

La dépendance aux technologies

L’une des craintes concernant la maison intelligente est qu’elle accentue encore notre dépendance aux nouvelles technologies. Par exemple, le fonctionnement des appareils connectés repose sur une connexion Internet permanente. Que se passera-t-il en cas de panne du réseau ? Serons-nous démunis ?

La sécurité en question

Les maisons connectées présentent également les mêmes risques de sécurité que les systèmes informatiques classiques. Vous ne le savez peut-être pas, mais des pirates parviennent régulièrement à infiltrer des installations domotiques pour espionner les occupants. Comme l’IdO génère une masse de données révélant les habitudes des résidents, les criminels sont prêts à aller loin pour s’en emparer.

Une complexité accrue

L’inconvénient le plus évident de la maison intelligente, c’est qu’elle complexifie encore nos vies, déjà bien chargées. Il nous faut apprendre à utiliser ces nouvelles technologies, pas toujours intuitives, et adapter nos modes de vie pour en tirer tous les bénéfices.

La confidentialité menacée

L’atteinte à la vie privée figure parmi les préoccupations majeures concernant l’habitat connecté. On a déjà vu des marketeurs peu scrupuleux utiliser des objets domotiques pour espionner des conversations chez l’habitant. Certains constructeurs rejettent d’ailleurs la faute sur les utilisateurs, qui activeraient par mégarde des fonctions d’écoute des appareils.

Un coût élevé

Avez-vous remarqué que les early adopters de la domotique sont souvent fortunés ? C’est principalement dû au prix encore très élevé des équipements. Le citoyen lambda devrait vendre un rein pour rendre sa maison intelligente. Heureusement, des géants comme Google et Amazon proposent désormais des produits connectés à des tarifs plus abordables.

Propriétaires et locataires : le conflit ?

Pour attirer les clients, de plus en plus de bailleurs intègrent des fonctionnalités domotiques dans leurs biens immobiliers. Cette pratique pose parfois problème quant au contrôle des dispositifs installés. Les locataires craignent que les propriétaires, s’ils conservent la mainmise technologique, n’empiètent sur leur vie privée. Des réglementations spécifiques seront peut-être nécessaires pour clarifier la situation.

Bref, si la perspective d’une maison ultra-connectée semble enthousiasmante, il importe d’en examiner les tenants et aboutissants, comme pour toute innovation majeure affectant notre existence.

Les applications domotiques actuelles

Maîtriser sa consommation énergétique

Le fonctionnement des appareils s’adapte aux besoins, par exemple l’extinction automatique des lumières dans une pièce inoccupée.

Des alertes sur les activités au sein du foyer permettent d’identifier les gaspillages d’énergie.

Renforcer la sécurité du domicile

Des dispositifs de surveillance comme des caméras et des capteurs, des serrures et des systèmes d’alerte préviennent les propriétaires et les autorités en cas de cambriolage.

La commande à distance permet de contrôler les appareils et de simuler une présence même lors d’une absence.

Piloter les appareils ménagers

Aspirateurs robots, distributeurs de croquettes, arrosage automatique : ces appareils effectuent certaines tâches selon le programme défini par les occupants.

Des commandes du type « Si je reçois un appel téléphonique, alors baisser le son de la télévision » automatisent des actions.

Paramétrer l’ambiance intérieure

La diffusion de musique, la température, les fragrances, l’éclairage peuvent être réglés pour améliorer le confort sensoriel.

Certains paramètres vérifient l’état de santé des habitants. Un lit connecté analyse par exemple la qualité de sommeil d’une personne.

Divertissements connectés

Des installations audio sur-mesure procurent une expérience sonore optimale dans toutes les pièces.

La lumière se transforme au gré des envies pour animer les évènements.

Maison intelligente ou domotique : quelle différence ?

Dans les discussions sur l’habitat de demain, les termes « maison intelligente » et « domotique » reviennent fréquemment, parfois comme synonymes. Pourtant, des divergences existent dans leurs applications technologiques respectives.

La maison connectée

Une maison dite « intelligente » exploite les possibilités offertes par une connexion Internet, en permettant aux occupants de piloter et surveiller leur logement à distance. On peut voir la domotique comme une forme d’automatisation de l’habitat visant plus de sécurité et de confort, sans surcoût financier.

En général, dans une maison connectée, l’automatisation est déclenchée ou programmée par l’utilisateur ; par exemple, mettre en route la climatisation 30 minutes avant de rentrer du travail.

L’habitat intelligent

À l’inverse, l’habitat vraiment « intelligent » fait appel à des algorithmes bien plus poussés, capables de prendre des décisions complexes en analysant toutes les données à disposition.

Ces maisons intelligentes apprennent des habitudes et préférences des occupants. Ces informations alimentent des technologies d’apprentissage automatique et de prédiction. Si, chaque jour à la même heure, les habitants activent la climatisation, la maison déduit toute seule cette routine et se charge d’allumer le système sans intervention humaine.

En compilant et interprétant en permanence les données environnantes, l’intelligence artificielle de la maison connectée prend des décisions optimisées. Plus l’exposition aux pratiques des occupants est longue, meilleures sont les réponses aux déclencheurs identifiés. À terme, les algorithmes peuvent ajuster automatiquement la température selon la météo, ou même suggérer des moyens de faire des économies d’énergie, en fonction des habitudes de vie analysées.

En somme, l’habitat intelligent imite le fonctionnement cognitif et le processus décisionnel humains.

La maison connectée de demain

L’avènement de la maison intelligente semble inéluctable : de nombreux foyers préparent déjà leur logement à accueillir ces innovations domotiques.

Selon le cabinet de recherche suédois Berg Insight, d’ici 2022, environ 63 millions de foyers américains posséderont un équipement relevant de « l’intelligence artificielle ». Voici donc à quoi devraient ressembler, a minima, les habitats high-tech de demain.

L’électroménager intelligent

La cuisine constituera sans doute l’un des terrains de prédilection de la maison connectée. On trouvera bientôt sur le marché des autocuiseurs communicants avec Alexa, l’assistant vocal d’Amazon, capables de vous indiquer le temps restant ou même de gérer la cuisson à distance depuis un smartphone.

Les douches high-tech

Au-delà de la cuisine, les salles de bains bénéficieront aussi des progrès domotiques, avec l’apparition de douches intelligentes. Celles-ci pourront être programmées pour délivrer l’eau à la bonne température, en considérant à la fois la température ambiante, la météo extérieure et vos préférences personnelles.

Des murs lumineux

Autre perspective enthousiasmante : la substitution des éclairages traditionnels par des murs dotés de LED, avec capteurs de mouvement et de luminosité extérieure. Une alternative économe en énergie, en phase avec les habitats high-tech de demain !

Laisser un commentaire